Changement de travail en Suisse : quelles sont les étapes clés ?

3 mai 2024 0 Par swiss-serenity

Si vous envisagez de changer de travail en Suisse, sachez qu’il s’agit d’une démarche qui ne s’improvise pas. En effet, il y a plusieurs formalités à accomplir. Pour que ce projet soit avantageux à tous les niveaux, il convient de vous informer pour mieux comprendre les différentes étapes. Il est également recommandé de bien étudier les conditions et les avantages de chaque emploi avant de s’engager.

Une bonne préparation s’impose avant de quitter son travail

Lorsque vous devez changer de travail, la précipitation est fortement déconseillée. Il faut prendre le temps de s’y préparer pour obtenir des résultats positifs à l’avenir.

1- Une évaluation complète de compétences

En effectuant un bilan de vos compétences, vous pourrez confirmer votre envie de changement et vous aurez une idée plus claire des types d’emploi pour lesquels vous serez sélectionnés. Avant de prendre une décision, il est conseillé de se poser les bonnes questions :

  • Pourquoi souhaitez-vous changer d’emploi ?
  • Quels sont les points qui doivent changer dans le nouveau travail ?
  • Quels sont les secteurs et les domaines d’activités qui vous plaisent ?
  • Quelle position recherchez-vous ?
  • Avez-vous les compétences requises ou devez-vous suivre une formation supplémentaire ?
  • Quel type d’entreprise voulez-vous intégrer ?
  • Quelle est la rémunération souhaitée ?
  • Quelles sont les conditions de travail qui vous conviennent (télétravail, horaires flexibles, etc.) ?
  • Quelle est la culture d’entreprise qui correspond à vos attentes ?

2- Actualisation du dossier de candidature

Avant de déposer une candidature auprès de l’employeur potentiel, pensez à mettre votre dossier à jour. Changez la photo d’identité et complétez le CV avec vos nouvelles expériences professionnelles et les formations éventuelles que vous avez suivies entre-temps. Ne négligez pas la mise en page et le style de votre CV : il doit correspondre à votre personnalité.

3- Demander un certificat de travail

Il faut noter que l’employeur doit vous fournir un certificat de travail lorsque vous démissionnez. Cependant, il est possible de demander un certificat de travail sans lui dire que vous envisagez de changer de travail. Vous pouvez dire à votre employeur que vous en avez besoin pour faire un bilan intermédiaire de votre carrière. Ce document doit indiquer vos qualités, vos points forts, vos aptitudes, mais aussi les éventuels points à améliorer.

Définir le bon moment pour postuler et pour démissionner

Avant de sauter le pas et de changer de travail, vérifiez d’abord votre situation actuelle. Si tu as changé d’emploi trop souvent et dans des délais trop courts à chaque fois, le recruteur va considérer cela comme un mauvais point. Prenez le temps d’acquérir de nouvelles expériences avant de songer à un changement. Tenez également compte de la stabilité financière en fonction des besoins de la famille avant de déposer la démission.

Vérifiez le délai de congé et le préavis (en fonction de votre ancienneté) dans le contrat de travail pour faire coïncider la démission avec le début du nouvel emploi. Vous êtes obligé de tenir vos engagements auprès de votre employeur actuel avant d’aller travailler dans une autre entreprise. Cependant, des arrangements avec les jours de congés non utilisés ou d’autres alternatives sont possibles. Par exemple, l’employeur peut vous libérer de vos engagements de son plein gré.

À titre indicatif, voici les délais minimaux à prévoir en fonction de votre ancienneté :

  • Période d’essai : 7 jours de préavis ;
  • Après un an : 1 mois de préavis ;
  • Après 2 ans à 9 ans : 2 mois de préavis ;
  • À partir de 10 ans : 3 mois de préavis.

Vérifiez aussi les conditions de démission. En principe, vous devez la déposer avant la fin du mois pour être certain qu’elle soit prise en compte. N’hésitez pas à remettre votre démission en main propre ou envoyez un courrier recommandé par la poste.

D’autres recommandations pour mieux considérer l’aspect financier

Dans certains cas spécifiques, il convient de prendre les bonnes dispositions pour éviter d’être pénalisé. Voici quelques étapes essentielles pour que le changement de travail en Suisse s’opère à votre avantage.

Qu’en est-il du salaire ?

Il est conseillé de comparer les rémunérations proposées et les différents avantages qui les accompagnent. En effet, le salaire ne devrait pas être le seul critère déterminant votre choix. Les autres conditions peuvent être largement plus gratifiantes sur le long terme.

Informez-vous sur les autres avantages et conditions

Il faut noter que la part versée par l’employeur pour la LPP (2ème pilier) peut être le double de ce que vous recevez à votre emploi actuel. Il en est de même pour les cotisations d’assurance maladie, des frais divers (repas, transport, etc.). D’autres facteurs comme la flexibilité des horaires de travail, le nombre de congés payés et les possibilités de travailler à distance peuvent également influencer votre décision.

Des précautions s’imposent avant de changer de travail

Avant de vous engager auprès d’un nouvel employeur, vérifiez certains points qui vous garantiront une stabilité financière à toutes les étapes de votre vie. Il s’agit entre autres de la gestion des fonds à la caisse de pension et de la prévoyance sociale.

Le transfert des fonds de la caisse de pension

L’ancien employeur se charge d’informer la caisse de compensation AVS, la caisse de pensions, ainsi que les assurances accidents et d’indemnités journalières que vous avez changé de travail. Ensuite, votre nouvel employeur va annoncer votre arrivée auprès de toutes ces institutions de prévoyance et d’assurances. Le capital accumulé sur le 2ème pilier sera transféré à la nouvelle caisse de pensions. C’est ce qu’on appelle « prestation de libre passage ».

Il arrive parfois qu’entre ces périodes de transition, certains de vos avoirs se “perdent”. Profitez-en alors pour contrôler qu’ils sont tous au même endroit.

Qu’en est-il de l’assurance risque ?

Il est conseillé de faire correspondre vos revenus à votre situation de prévoyance après un changement d’emploi. Une vérification s’impose pour savoir si la couverture prévue en cas d’accident de travail ou de décès est adaptée à vos besoins et à ceux de votre famille.

Ainsi pensez à bien vous informer sur votre nouvelle prévoyance vieillesse. Vérifiez l’assurance pour les accidents et les indemnités journalières prévues. En cas de lacunes, pensez à souscrire une prévoyance privée pour les combler.

Quelle que soit votre situation actuelle et peu importe à quelle étape vous êtes en Suisse, si vous envisagez de changer de travail, n’hésitez pas à demander des conseils personnalisés à des experts. Vous serez bien informés sur les différents volets de prévoyance (santé, incapacité et décès), sur l’optimisation de la fiscalité, mais aussi sur les hypothèques, la constitution et la valorisation du patrimoine immobilier.